PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Evènements > Contre le fichage ADN soutien à Jean Emile Sanchez, Confédération (...)

Contre le fichage ADN soutien à Jean Emile Sanchez, Confédération paysanne

vendredi 10 octobre 2008

Eleveur et porte-parole de la Confédération Paysanne Hérault,
Jean-Emile SANCHEZ a refusé d’être fiché génétiquement pour son action citoyenne. Il risque 15000€ d’amende et 1 an de prison pour ce refus.

Pour ne pas laisser criminaliser les actions syndicales,


Pour s’opposer à un fichage systématique de la population,


et Pour débattre de la question du fichage ADN.


Venez soutenir Jean Emile SANCHEZ


à partir de 13h30, devant le Tribunal, Place de la Révolution, Béziers [Centre-ville / Parking Madeleine - Les Halles]

Débat public / projection
sur la question du fichage
à partir de 14h30
au Pas de Côté
Librairie engagée, bistrot bio-équitable
11 rue Paul Riquet, 34500 Béziers (200m du tribunal)
http://lepasdecote.alter.free.fr

Pour toutes informations relatives à la journée : 04 66 59 41 98
email : conflr@wanadoo.fr
www.conflr.org


Le refus de prélèvement d’ADN : pourquoi ?

Depuis 2003, la police relève systématiquement l’ADN de toutes les personnes en garde à vue. Au rythme de 20 000 par mois, c’est plus de 560000 données qui sont enregistrées dans le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques (FNAEG) basé à Ecully dans le Rhône.

Ce fichier, initié en 1998 par le gouvernement socialiste contre les pédophiles, s’est élargi par étapes à la quasi-totalité des crimes et délits. Députés et Ministres parlent de l’élargir à l’ensemble de la population car « les citoyens seraient mieux protégés si leurs données ADN étaient recueillies dès la naissance » (Christian Estrosi, janvier 2007).

Réactions et résistances : de 2003 à 2005 plus de 400 personnes ont refusé de donner leur ADN à la police. Les condamnations montent jusqu’à plusieurs mois de prison ferme et des centaines d’euros d’amende.

Même les « présumés innocents » sont tenus de donner leur ADN. Comme tous les fichiers d’Etat, le FNAEG joue sur la présomption de culpabilité. Par contre, les personnes condamnées pour des délits financiers ne sont pas concernées par le prélèvement ADN, révélation que, déjà, le présumé outil « technique » que constitue le fichage n’est pas exempt d’orientations politiques fortes.

Le prélèvement ADN constitue donc une grave atteinte à la vie privée. Nos gènes se retrouvent stockés dans des banques de données dont nous n’avons aucune certitude quant à leurs utilisations futures, qu’elles soient politiques ou administratives, voire commerciales (ex. : assurances). C’est la porte ouverte à toutes les discriminations possibles et imaginables.

Or nous ne pourrons échapper individuellement au fichage : c’est pourquoi nous en appelons à un mouvement collectif et politique.

Pour toutes informations complémentaires : http://refusadn.free.fr


Agrafil du 3 septembre 2008

Fichage : Edvige concernera aussi les responsables du monde agricole
Depuis quelques jours, la mise en oeuvre des fichiers Edvige (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale) engendre la polémique. Créés par un décret du 27 juin, ces fichiers visent à « centraliser et analyser les informations relatives aux personnes physiques ou morales ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Comme de nombreux autres, les responsables du monde agricole sont concernés. Les fichiers pourront contenir des informations à caractère personnel faisant apparaître « les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci ».

Confédération Paysanne Languedoc-Roussillon

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional