PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Points de vue et perspectives > Contournement autoroutier : sacrifier le territoire et les habitants

Contournement autoroutier : sacrifier le territoire et les habitants

mercredi 6 juillet 2011, par ab (JournArles)

Depuis 15 ans que ça dure à coup de journaux gratuits, expositions et réunions publiques, ça devrait être accepté par tous les arlésiens et camarguais : l’autoroute passera !
Y’aurait rien d’autre à faire pour la région avec 650 millions d’euros ?

Le sacrifice est déjà en cours, les riverains de la voie rapide actuelle en sont les premières victimes : du bruit et des poumons atrophiés pour les gamins (Vivre près d’une autoroute nuit gravement aux poumons des enfants. Cécile Dumas. Sciences et Avenir.com (26/01/07).

En quinze ans, aucun aménageur n’aurait songé à installer des murs anti-bruits à la Roquette ? D’abord ça gâcherait l’attractivité pour le visiteur potentiel passant sur la voie rapide, ensuite ça calmerait les demandes des habitants et priverait les promoteurs du contournement d’un appui de quartier pour exiger le contournement. Or, quoi de mieux qu’un quartier qui exige une autoroute plus loin pour l’imposer plus loin ? En réunion publique, les élus ne s’y trompent pas : le comité d’intérêt de quartier de la roquette, avec pétition et articles de presse, est du meilleur effet pour contrer les habitants opposés du plan du bourg « ah, encore une guerre tribale de quartier, ces gens-là, madame Martin, c’est toujours pareil, toujours à râler contre le progrès ».

Eloignons-nous des inquiétudes et des sacrifiés actuels de la voie rapide et approchons-nous des sacrifiés à venir du plan du bourg : ils vont subir les mêmes supplices, dans les poumons et dans les oreilles. 200 hectares de terres nourricières agricoles, de paysages et de nature vont être saccagés, pour la modique somme de 650 millions d’euros, tout ça pour désengorger le pont !

Et tout se sacrifice vient de là : de plus en plus de camions, de plus en plus de voitures !
Et que font ces camions, que font ces voitures ?

Les poids-lourds, ceux qui sont prévus, ceux qui congestionneront le pont de la voie rapide et poussent à construire un contournement, arrivent des hangars logistiques du port autonome et de la zone de saint-martin, charriant des containers de marchandises manufacturées et de produits agricoles d’importation pour livrer les supermarchés. Rien que du port autonome, pas moins de 4000 camions par jour doivent s’ajouter à ceux d’aujourd’hui.

Bien loin de se questionner ou de remettre en cause cette course effrénée, les décideurs, de la région aux communes, selon l’auditeur, applaudissent et se laissent berner par les promesses d’emplois, se déclarent impuissants face à la volonté de l’Etat gouverné par l’autre parti, ou fatalisent sur la nécessité technique d’un nouveau pont.

Mais comment ignorer qu’un emploi dans un supermarché, ce sont de nombreux emplois dans des magasins de proximité qui disparaissent ? (en fouillant rapidement sur internet, l’affaire exemplaire du Lidl à Arles, autorisé au mépris de la loi par la communauté de communes, présidée par Claude Vulpian http://entoutefranchise.free.fr/).

Comment ignorer que les chauffeurs roulent 80 heures par semaine pour des salaires de misère et sacrifient leur vie de famille loin à l’est du continent ? Que l’importation de marchandises manufacturées appauvrit l’économie du pays ? Que les entrepôts à containers, en plus de pourrir nos lieux de vie, stérilisent à jamais des terres agricoles nourricières et détruisent la nature ? Que de 800 emplois promis, 100 sont réellement créés (hangar Ikéa à fos-sur-mer par exemple) ? Que ces boulots de tire-palettes sont toujours précaires ? Que ces entreprises, multinationales de logistique à containers, partiront dans 6 ou 10 ans ? Que, le prix du pétrole augmentant, l’importation massive et les transports vont décliner dans peu de temps ?

Hors les sacrifiés du contournement, c’est bien tout un pan de l’économie locale qui subit ce laisser-aller, où les élus locaux abandonnent le commerce de proximité, la santé publique, les terres agricoles pour favoriser importateurs, supermarchés et bétonneurs.

Ce contournement autoroutier va ouvrir une nouvelle voie où pourront s’engager à moindres frais, encore plus vite et plus loin des entreprises spécialisées dans l’appauvrissement de l’économie, la délocalisation, l’écrasement des petites entreprises, l’instabilité et la robotisation des emplois, avec le soutien magnanime des élus.

L’air, toujours plus pollué, encore plus toxique, fera l’objet de suivis scientifiques précis, on vous mettra des sondes partout pour vous demander de bien vouloir rouler moins vite quand les pics d’ozone feront crever les vieux et souffler les petits asthmatiques. Des aides seront offertes pour vous isoler du bruit des camions et la recherche sur la cancer et les maladies orphelines avance … et puis on vous fera des pistes cyclables (et encore...).

Certes le tableau est incomplet, mais les nuisances et les sacrifices sont en pleine croissance et le nouveau contournement arrive enfin pour faire empirer le saccage.

Alors que fait-on ? on laisse faire et on s’achète des masques à gaz ? on glose cyniquement sur la rapacité de l’homme qui disparaîtra avec le calendrier maya ou on s’oppose au sacrifice ? N’y aurait il rien d’autre à faire avec 650 millions d’euros ?

Individus ou associations de défense du commerce local, de l’agriculture, du territoire, de ton jardin, de l’air, d’une économie saine et non faussée, de la nature, peuvent déjà partager ce texte et se retrouver, ça sera déjà un pas de fait.

Texte collaboratif, ajoute ta contribution contre le sacrifice, y’a du boulot !

Un parmi d’autres.

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional