PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Tartalakrem > LETTRE OUVERTE D’UN POETE

SNCF

LETTRE OUVERTE D’UN POETE

La privatisation rampante et la dignité

samedi 24 avril 2010, par Forum Civique Européen

Journarles publie la lettre ouverte d’un lecteur qui a reçu une amende par un contrôleur zélé de la SNCF, qu’il juge abusive. Elle est en tout cas en porte à faux sur le laisser aller qui règne depuis pas mal de temps sur le réseau Sud Ouest – Sud Est. Par delà ce fait divers le tout TGV et la privatisation rampante de la SNCF ne devraient pas laisser les usagers indifférents. De toute évidence, la rigueur de la chasse aux PV que la rumeur associe de plus en plus à l’avancement de certains fonctionnaires cadre mal avec la dérégulation chronique du service public.
A méditer.

Monsieur,

Je ne suis pas près de donner raison au contrôleur qui m’a dressé un procès-verbal à hauteur de 78 euros : amende de 35 euros, majorée d’un supplément, pour frais de dossier ( sic !), sur le parcours Marseille-St Martin de Crau que j’emprunte trois ou quatre fois par semaine. Et voici pourquoi…
Pressé par le temps, quelques minutes avant le départ (18h18) du train en partance pour Narbonne, de surcroît n’ayant pas d’autre moyen d’acquérir un billet que par chèque, je suis monté dans l’une des premières rames, sans billet. Handicapé par une jambe douloureuse, j’ai pris place, chéquier en main, en attendant le passage d’un employé. L’un des trois agents, avec un sourire plein de compréhension, m’a annoncé d’emblée, sans se soucier des circonstances réelles de ma situation, qu’il DEVAIT me taxer de l’amende en question. Sur mon refus de payer sept fois le prix d’un billet « senior » ( 5 euros, ), votre fondé de pouvoir s’est fait un plaisir de tarifer son autorité bafouée.

Devant tant de rigueur jouissive, j’ai tout refusé en bloc : formulaire, carte d’identité. Evidemment, je n’avais aucune chance d’obtenir grâce aux yeux d’un préposé à la répression des mauvais clients, doigts sur la couture réglementaire du pantalon, et je sais pertinemment que ma parole va glisser comme un pet de mule sur son uniforme. Toutefois j’ajouterai que, deux sièges derrière moi, un autre voyageur contrôlé par un autre fonctionnaire a bénéficié d’un traitement nettement inférieur au mien, parce qu’il avait déclaré, dixit votre préposé, son crime de lèse-SNCF…Deux poids deux mesures, selon l’humeur du fonctionnaire, et peut-être même au faciès du client ?

SNCF GREVES

Autre argument : une contrôleuse serait déjà passée dans la rame, quelques minutes avant l’incident. Faux, dans l’un et l’autre cas ! J’ai les témoignages du passager et de plusieurs personnes abonnées de ma connaissance.
Quoiqu’il en soit, je tiens à vous signaler que, le cas échéant, après paiement de cette punition « légale », je ne compte pas m’en tenir au rôle de citoyen - payeur. J’ai donc décidé de rendre publique cette protestation que je vous fais parvenir, en cas de maintien d’une telle sanction. A savoir, de l’envoyer au journal Libération qui a déjà publié un dossier sur l’extravagante fantaisie tarifaire de la SNCF actuelle. Cette démarche contribuera à souligner qu’il ne reste plus grand-chose aujourd’hui du service public d’antan et qu’elle commence à ressembler de plus en plus aux chemins de fer anglais de l’époque tatcherienne…
Je compte proposer également ce texte à Que choisir pour un autre dossier dénonçant les récentes hausses brutales de tarifs, contrastant avec la détérioration de certains de vos services, notamment sur les réseaux sud-est et sud-ouest ( retards chroniques et parfois suppressions de trains- on suppose par manque de personnel ou par économie ). La revue devrait faire bon usage de la comptabilité scrupuleuse de ces anomalies. Je me ferai donc un devoir de joindre mes observations sur la dérégulation des horaires à celles des usagers éventuellement sollicités par cet organe d’alerte. Sans doute, le syndicat Sud ne sera-t-il pas non plus complètement insensible à ce genre de sursaut civique. J’ajoute que cette mise au point paraîtra aussi comme « lettre ouverte » sur un site de journal en ligne de la région. Et puisqu’il est question de région, pourquoi ne pas attirer l’attention d’un élu comme Michel Vauzelle sur ce genre d’agissements pour le moins contradictoires et, pendant qu’on y est, sur la désertification de gares comme celle de St Martin de Crau où les automates de la billetterie ( toujours témoignages à l’appui ) tombent régulièrement en panne. Je ne suis pas le seul à le rencontrer en Arles. Par delà la mesquinerie de mon fait-divers, nous aimerions savoir ce qu’il pense d’une institution qui ressemble de plus en plus à la pétaudière italienne des années d’après-guerre.
Et pas question de nier certaines évidences. Le même canal où paraîtra ma version réelle des faits détient déjà un certain nombre de révélations émanant de plusieurs cheminots à la retraite qui s’alarment de la dérive « libérale » de feue la société d’intérêt public. Leur divulgation me remboursera de l’arbitraire de ma sanction. A bien y regarder, une telle aubaine vaut bien la poignée d’euros que l’on m’extorque. J’en fais une question de principe.
Ainsi, à quelque chose malheur sera-t-il bon. Veuillez croire dans ma sollicitude de citoyen- usager que l’on a peut-être pris un peu trop vite pour un resquilleur du virage nord du Vélodrome. Vous pouvez compter sur moi pour positiver l’excès de zèle de votre employé exemplaire.

PS : Pour publication, je joindrai donc à cette lettre ouverte, ( recommandée, avec accusé de réception ), le fac-simile d’un billet « senior » Marseille-Saint Martin et le récépissé du formulaire d’amende, assorti réglementairement du numéro d’immatriculation du préposé ci-dessus mentionné. Sait-on jamais…Il pourrait récidiver dans ce genre de psychorigidité, au demeurant en porte à faux sur le délabrement et le laxisme général, et rançonner d’autres contribuables…

P.-S.

N’hésitez pas à nous faire part de vos aventures..... de vos cahiers de doléances au sujet de la SNCF et autres mastodontes.
La prochaine Tartalakrem sera consacré à la filiale de Volkswagen en Arles.

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional