PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Bienvenue sur JournArles > AGROPOLY : Le faux jeu du libre échange

10 ans après SEATTLE :

AGROPOLY : Le faux jeu du libre échange

Mobilisations ANTI-OMC pour le 28 novembre 2009 à Geneve

vendredi 13 novembre 2009, par Forum Civique Européen

La production alimentaire industrielle s’impose largement dans les modes de production actuelle

, bien qu’elle ne soit ni la seule possible, ni la plus souhaitable. Elle occupe, pour ce faire, de grandes parcelles de terres ; ne lésine pas sur les moyens de distribution (transports illimités, publicité omniprésente..) ; et est à la base de conséquences sociales et écologiques déplorables : paupérisation ou extermination des petits producteurs alors qu’1,2 milliard d’entre eux nous nourrissent ; exploitation de main d’œuvre bon marché, contamination des sols par des pesticides et des OGM…

La production alimentaire industrielle s’impose largement dans les modes de production actuelle

, bien qu’elle ne soit ni la seule possible, ni la plus souhaitable. Elle occupe, pour ce faire, de grandes parcelles de terres ; ne lésine pas sur les moyens de distribution (transports illimités, publicité omniprésente..) ; et est à la base de conséquences sociales et écologiques déplorables : paupérisation ou extermination des petits producteurs alors qu’1,2 milliard d’entre eux nous nourrissent ; exploitation de main d’œuvre bon marché, contamination des sols par des pesticides et des OGM… Cette logique industrielle engendre une consommation de masse, qui nécessite elle-même une production surdimensionnée… 17 milliards de cuisses de poulets se retrouvent annuellement dans les déchets ou en train de détruire la production locale ou les marchés locaux dans les pays les plus pauvres. La ville de Vienne jette quotidiennement la quantité de pain et pâtisseries qui sont consommée par la deuxième ville de l’Autriche GRAZ.
Les alternatives agricoles, des projets paysans, en somme, ne cessent de lutter pour subsister, et refleurir à chaque printemps. Il y a dans ces
mains vertes les armes les plus essentielles dans cette lutte pour l’autodétermination alimentaire que sont les savoirs et les moyens
de production. La chimie, oh grand damne de l’ »agro-industrie », ne suffit pas pour alimenter un monde !

AGROPOLY, un journal publié comme supplémentaire du quotidien genevois Le COURRIER et de la Wochenzeitung de Zurich contribue avec des articles que JOURNARLES reproduira dans les jours à venir activement aux critiques essentielles de l’OMC et ses « politiques agricoles libérées ». AGROPOLY, en allant à la rencontre de luttes rurales (vaccination de la langue bleue, préservations de semences indigènes…) ; en récoltant des pratiques coopératives et jardinières locales et supra territoriales, ouvre aux lecteurs des pistes qui permettront de goûter,

comment pourrait se « cuisiner » une souveraineté alimentaire auto-produite.


Les formes de résistance à imaginer sont au moins aussi diverses que les institutions oppressantes. A chacun-e de s’approprier celles
qui lui conviennent, individuellement et collectivement, de son jardin de Cocagne rural à sa guérilla jardinière urbaine. L’appel à se réunir pour
bouffer l’OMC (Oligarchie du Monde Capitaliste),malgré les risques d’indigestion, paraît évident tant cette institution est symbolique
de ce système économique qui déconstruit les fermes un peu partout et sur des terres moins fertiles, mutile des paysans philippins ou mexicains qui ne veulent pas jouer sur le tapis de leur loterie commerciale.
Le sommet ministériel de l’OMC siègera dans la capitale internationale du 29 novembre au 02 décembre. AGROPOLY appelle à manifester le
samedi 28/11 à 14h à Genève, à s’activer du 30/11 au 02/12, et à continuer à coopérer et lutter chaque autre jour de l’année.

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional