PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Tartalakrem > Le vrai Sarkozy

Cette vérité interdite

Le vrai Sarkozy

Extraits de Marianne et un diaporama qui étonne

vendredi 27 avril 2007, par Forum Civique Européen

Les média subissent actuellement une pression particulière. Journarles souhaite contribuer à diffuser quelques petites phrases confinées dans les sous-bois médiatiques....des citations du TSS.......

Le problème Sarkozy, vérité interdite, est ailleurs.

Ce que même la gauche étouffe, pour rester sagement confinée dans la confortable bipolarité d’un débat hémiplégique, c’est ce constat indicible : cet homme, quelque part, est fou ! Et aussi fragile. Et la nature même de sa folie est de celle qui servit de carburant, dans le passé, à bien des apprentis dictateurs.
Oh, évidemment, cela se murmure, au point même de faire déjà, au sein de la couche supérieure de la France qui sait, et au fond des souterrains de la France qui s’en doute, un boucan d’enfer. Les médiateurs savent, les décideurs le pressentent. Mais les uns et les autres ont comme signé un engagement : on ne doit pas, on ne doit sous aucun prétexte, le dire.
Etrange atmosphère que celle qui fait que, dans cette campagne électorale, ce qui se dit obsède peu, mais ce qui obsède énormément ne se dit pas ; que ce dont on parle au sein des médias et chez les politiques, les médias, précisément, et les politiques n’en parlent pas ! « Fou », entendons-nous : cela ne rature ni l’intelligence, ni l’intuition, ni l’énergie, ni les talents du personnage.

« Fou »

au sens, où, peut-être, de considérables personnages historiques le furent ou le sont, pour le meilleur mais, le plus
souvent, pour le pire. Ecoutons ce que nous confie ce député UMP, issu de l’UDF, officiellement intégré à la meute « de Sarkozy » : « On dit qu’il est narcissique, égotiste. Les mots sont faibles. Jamais je n’ai rencontré une telle capacité à effacer spontanément du paysage tout, absolument
tout, ce qui ne renvoie pas à lui même. Sarko est une sorte d’aveugle au
monde extérieur dont le seul regard possible serait tourné vers son monde intérieur. Il se voit, il se voit même constamment, mais il ne voit plus que ça. »

Cet extrait de Marianne du 14 au 21 avril 2007 qui rend tout à fait comprehensible la phrase de Francois Bayrou prononcé dans son discours de mercredi 25 avril 2007 :

"Nicolas Sarkozy, par sa proximité avec les milieux d’affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l’intimidation et de la menace, va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l’ont été. Par son tempérament, et les thèmes qu’il a choisis d’attiser, il risque d’aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d’avantage au plus riche. "

écouter et lire le discours en entier

info portfolio

TOUT ET LE PIRE

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional