PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Plateforme associative > Ligue des Droits de l’Homme > Convivencia 2012 - 11ème édition

Convivencia 2012 - 11ème édition

L’esprit de Résistance ne meurt jamais !

lundi 25 juin 2012, par LDH Arles

L’an passé, nous avions placé le dixième anniversaire de Convivència sous le signe de la Resistencia comme une évidence pour parler de dix ans d’aventure collective et définir l’esprit qui nous anime et nous réunit. Comment imaginer qu’on puisse un jour cesser de résister sans perdre de sa lucidité et de sa liberté, sans compromettre sa capacité d’étonnement, sans lisser sa spontanéité ou écorner ses espoirs, sans étouffer sa faculté de révolte et de réflexion autant que de solidarité et de partage ?
Aujourd’hui comme hier, Convivència persiste dans cette voie d’exigence et de convivialité en pariant sur l’humain, sur l’intelligence, sur la sensibilité, sur la générosité... Aujourd’hui comme hier, résister et partager avec vous l’émotion, la beauté et l’engagement de nos coups de cœurs musicaux.

Faisant suite au projet Resistencia conduit l’an passé en partenariat avec la Mutuelle de France Rhôn’Alpilles, la Ligue des Droits de l’Homme et Solid’Arles, une brochure Alors on fait quoi et on commence quand ? a été publiée en février dernier, réunissant les cartes postales glanées dans divers lieux de la ville entre juillet et août 2011 : des témoignages, des idées, des textes, des poésies, des révoltes, des rêves, …
Resistencia continuera donc en 2012, avec la lecture de cartes choisies en prélude à chaque concert de Convivència.

Lundi 9 juillet : 18h00, Rue Réattu
Le soleil brille pour tout le monde ?
NEVCHEHIRLIAN enchante Prévert

On réduit souvent les poèmes de Jacques Prévert aux souvenirs de récitations balbutiées debout en solitaire devant la classe. À tort ! Tant de textes magnifiques sont à découvrir, les mots courageux et engagés d’un homme révolté face aux inégalités, face à l’exploitation de l’homme par l’homme, face aux petits clans, aux petits pouvoirs, face à la bourgeoisie avide, face à tout système de domination...
Et pour les dire avec force et humilité, Frédéric Nevchehirlian frappe juste et sec, envoie les mots de Prévert, comme on livre bataille, poing serré et langue acérée. Sobriété de la diction, instrumentation subtile et vibrante, la parole nue percute, vertigineuse, violente, touche et fait mouche.
Après HK et les saltimbanks l’an dernier en ouverture de Convivència, autre chant, autre temps, même révolte éternellement recommencée d’hommes dignes et debout.

Mardi 10 juillet 12h00, rue Réattu
Être du Béarn et le chanter !
ESTA balades et polyphonies

« Esta », « être » en Français, rien de plus normal pour ce trio que de chanter avec passion, tels qu’ils sont et dans la langue de leur pays de Laruns.
Guitares sèches, accordéon diatonique, flûte, tambourin, percussions et trois voix béarnaises pour chanter l’attachement à leur vallée d’Ossau, pour chanter l’amour, les gens, le pastoralisme, l’exode, la brume qui descend des Pyrénées et emporte la vie d’un ami...
Trois voix émouvantes de sincérité qui ouvrent des paysages larges comme des vallées pleines de promesses et vous prennent par le coeur.
Jean-Luc Mongaugé (voix, guitare, tambourin à cordes et flûte d’Ossau), Jean Lagueyte (voix, guitare, guitare basse), Erick Goaillard (voix, percussions, batterie)

Mercredi 11 juillet 12h00, rue Réattu
Canta corsu
L’ALBA voce è musica di Corsica

Enracinée dans ses origines, résolument ancrée dans leur époque, résolument tournée vers l’avenir, les musiciens de L’ALBA aiment à dire que leur tradition n’est pas figée, mais au contraire vivante, en évolution, en mouvement.
Puisées aux sources d’influences méditerranéennes, étayées de collectages patients auprès des anciens de l’île, les sonorités surprennent et interpellent. Acoustique, nuancée, la musique de L’ALBA sort de l’univers musical insulaire convenu, pétrie d’invention, d’énergie, de force et de simplicité.. La simplicité évidente et perceptible du moment de vie partagé en cette Cilva (cité) imaginaire propre à chacun, singulière et plurielle.

Jeudi 12 juillet 12h00, rue Réattu
Barlande entre père et fils
PEDRO SOLER & GASPAR CLAUS flamenco : esquisse à l’eau-forte

C’est de l’hier et du demain, de l’ici et de l’ailleurs, quelque chose qui tient de la croisée des chemins et de l’intersection généreuse, un point d’utopie improbable entre le temps et l’espace.
Pedro Soler, guitariste au flamenco rugueux et rigoureux, et Gaspar Claus, violoncelliste en figures libres, inventent un univers dense de beauté pure et de sensibilité. Qu’ils jouent sur le mode de la facétie, de l’esquisse rêveuse et mélancolique, sur celui de la tendresse ou de la déchirure, qu’ils aillent jusqu’à la morsure, le duo assume tous les paradoxes (y compris qu’ils sont père et fils), accepte tous les silences, toutes les effusions avec le même éblouissement.
Un flamenco en équilibre, en déséquilibre, suspendu, fragile et tenace !

vendredi 13 juillet 12h00, rue Réattu
de la steppe à la Méditerranée
TRIO ALEV chants ciselés des musiques turques

Virtuoses et grands spécialistes des musiques orientales, les musiciens du trio Alev ont composé leur répertoire comme une invitation à un voyage où le saz, luth à long manche et instrument emblématique de la Turquie tient une place centrale.
Des danses Zyybek d’Anatolie aux chants pastoraux, des danses Azéris du Caucase aux chants Alevi, le trio Alev nous transporte bien au-delà des frontières actuelles du pays. Il puise dans l’histoire au travers d’airs traditionnels, la matière subtilement ciselée d’un Orient réconcilié où l’amour chanté dans les poèmes depuis des siècles prend ici un caractère universel, furieusement contemporain.

Samedi 14 juillet 12h00, rue Réattu
aux âmes éprises de liberté
NAIAS ou la Méditerranée métissée

Ils ont adopté le nom du dernier bateau sorti des chantier navals de leur cité : Port-de-Bouc, et ce n’est par hasard ! Internationaliste et métisse, la musique de NAIAS transpire l’atmosphère fiévreuse et cosmopolite des cités portuaires où se mêlent les cultures et les langues, les rêves d’ailleurs et les espoirs de lumière.
Les mandoles, l’accordéon, la basse et les percussions tressent et brassent des effluves sonores échappés du Maghreb, d’Italie, d’Espagne et de Grèce, tissent une toile musicale inédite, affranchie des traditions où fourmillent mille et une inspirations. Un vagabondage sonore où NAÏAS explore avec ferveur les terres vierges d’une chanson méditerranéenne ardente et sans frontière, empreinte de poésie, d’humanité et de mémoire.
Un chant populaire et bouillonnant, dansant et incandescent !
Daniel Gaglione : Chant - Mandole. Mateo Goust : Percussions - Choeurs. Noël Baille : Basse - Choeurs. Malik Ziad : Mandole - Choeurs.Yves Béraud : Accordéon et Choeurs

vendredi 13 juillet 18h30, à Solid’Arles
(quartier Griffeuille)
ORCSTA-BALAMUC de Roumanie : tradition tsigane

Musique tsigane à danser ou écouter pour les grands et petits jours de fêtes des gens simples. Cymbalum, accordéon et voix, l’ORCSTA-BALAMUC joue, chante, rythme, enflamme le plaisir de ces moments de la vie partagés.
avec le Comité de Soutien à la famille Sandu.

du lundi 9 juillet au samedi 14 juillet
du 10h à 12h et de 15h à 19h
exposition salle Jean et Pons Dedieu (rue du 4 septembre)
CAMINS DE TROBAR les chemins du « Trobar »

A l’aube du XIIème siècle, en Limousin et dans les autres régions de l’actuelle Occitanie, naquit une littérature moderne qui a influencé l’Europe entière. Les troubadours chantaient la fin’amor (amour courtois) dans de magnifiques poèmes tressés d’une savante alchimie de mots et de sons. C’est ce travail sur les mots, les rimes et le son que l’on appela Lo TROBAR.
Ces poètes-musiciens enchantèrent l’Europe entière. Il y eut parmi eux de grands seigneurs mais également de simples roturiers qui devinrent extrêmement célèbres à leur époque.
Ils ont animé plus de deux cents ans de vie littéraire et intellectuelle au Moyen-Âge. Leur art est encore enseigné aujourd’hui dans toutes les grandes Universités du monde.
Ils ont inventé des valeurs qui ont très profondément marqué la société occitane. Convivialité et égalité par la valeur, convivéncia e paratge, en sont deux des plus connues.
Autour d’une sélection d’instruments de musique, cette exposition nous guide sur les pas de ces troubadours à la poésie et aux valeurs si contemporaines.
En partenariat avec le Cercle Occitan du Pays d’Arles

Organisation

La semaine de Convivència est organisée par l’Association Attention Culture ! En partenariat avec la SCOP Musiques-Arles, disquaire Boutique des Passionnés,
avec le soutien de la Ville d’Arles et de ses services, du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la Mutuelle de France Rhön’Alpilles
avec de fidèles et amicales complicités : La Rose à Pois, Eric Vedel, le Pot à Tabac, les Cafés de la Major, le restaurant Dune, Nuances Traiteur, la Piazza des Thermes, la boulangerie Laurent, le mas de l’Isle Saint-Pierre, les médias : la presse quotidienne régionale, le Gai savoir, les radios l’Eko des Garrigues, radio Lenga d’Oc, Soleil fm, les sites et réseaux internet, Jacques Durand et Cultur’Com, les associations rHumeurs, Un Quartier dans la Ville, Camargo Souvajo, Matière a, Martingale, Incidence, Lou Fourmigo, le Cercle Occitan du Pays d’Arles, Solid’Arles et les acteurs du quartier de Griffeuille, le RESSPA réseau de l’économie Sociale et Solidaire du Pays d’Arles, la Ligue des Droits de l’Homme, le Museum Arlaten, le Cirdoc de Montpellier, avec de nouveaux partenaires Urban Music Group, pour les apports en matériel technique, l’AmAdIp association pour le maintien à Arles du Disquaire de Proximité, le Ravi, Trad’Autour, avec le talent, l’invention, la bonne humeur de l’équipe des bénévoles de l’association qui assurent l’accueil des artistes et du public, qui préparent minutieusement l’organisation de la semaine pour que vous vous sentiez à Convivència comme chez vous. Nous voulons remercier ici chacun d’eux.

Convivència à Arles se déroule
rue Réattu en Centre Ville
pour les concerts du midi et celui du lundi soir
salle Jean et Pons Dedieu (rue du 4 septembre)
pour l’exposition “Camins de Trobar“
et pour tous les rendez-vous de Café-tchatche, renocntres informelles et conviviales avec les artistes du jour
à Solid’Arles, quartier Griffeuille
pour le spectacle du 13 juillet à 18h30

nous joindre
Attention Culture !
14 rue Réattu, 13200 Arles
04 90 96 59 93
culture@passionnes.com
http://convivencia.over-blog.net

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional