PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Bienvenue sur JournArles > LA FACE CACHEE DE LA MONNAIE > Face à la crise, créons des monnaies complémentaires

La face cachée de la monnaie

Face à la crise, créons des monnaies complémentaires

Séance de rédaction final 11 juin 2012 en Arles

samedi 26 mai 2012, par Forum Civique Européen

Lors de la finition des deux brochures précédentes "La face caché de la monnaie" et "Le crédit et son intérêt" nous nous sommes retrouvés - une bonne dizaine de personnes de divers horizons - dans un coin d’un bistro sympa en Arles et nous avions projeté page par page sur un écran ... et chaque phrase a été épluchée selon sa pertinence, sa clarté et sa concision. C’étaient des moments intenses et intéressants. Voici maintenant l’invitation pour la troisième brochure : "Face à la crise, créons des monnaies complémentaires". Tout un et chacune, qui est intéressé de participer, peut prendre contact avec le bureau de Journarles (bureau at journarles point org). La rédaction vous fera parvenir un exemplaire en papier de la futur brochure numéro trois pour vos remarques, vos suggestions, vos critiques, vos compléments et compliments. Voici un extrait de la préface de la brochure.

Ce troisième fascicule prouve que d’autres formes d’échange sont possible que celle, restée depuis trois cent ans la même, celle qui enrichit les banquiers et appauvrit
les gens. Il existe une multitude de monnaies complémentaires qui fonctionnent.
Face à la crise nous vous proposons à la fin de ce fascicule d’adhérer à l’association PACARO qui a pour but de réaliser ensemble un instrument de paiement régional pour le maintien d’une activité économique viable, qui favorisera les producteurs, les services et les entreprises de proximité.

Des monnaies locales se mettent déjà en place ici et là ; ce que nous vous proposons, c’est de créer un instrument de paiement pour notre Région.

« A la recherche d’un poulet dans la banlieue de Bamako, un vrai poulet et non pas ces déchets industriels importés et mal réfrigérés, Ismaël y trouve un paysan mais doit constater qu’il lui manque quelques Francs CFA pour payer comptant.
Il appelle un jeune qui vend des unités pour téléphones mobiles sur le bord de la route : Le paysan, ayant lui même un mobile chez le même fournisseur qu’Ismaël, est d’accord pour être payé en unités téléphoniques équivalents aux Francs CFA dus. Le jeune vendeur d’unités prend le téléphone d’Ismaël, transfère le montant dû sur le portable du paysan. La sonnerie annonce un SMS sur le mobile du paysan. Vous venez de recevoir 15 unités... et Ismaël repart avec son poulet.
 »

Cette petite histoire pourrait nous donner l’idée de faire de même. Mais il faut bien sûr éviter de donner au fournisseur d’accès du téléphone mobile le rôle de banquier conventionnel. L’utilisation du téléphone mobile ne sera qu’une alternative, si nous appliquons à cet instrument de paiement les règles élémentaires d’une monnaie fondante. Ca veut dire que ces monnaies complémentaires sont des monnaies
pour échanger qui ne disparaîtront pas dans des paradis fiscaux et ne pourront pas être détourné pour gonfler des bulles spéculatives.

Les monnaies complémentaires nous invitent à expérimenter un changement lent et fondamental.

Pourquoi en sommes nous arrivés à une telle proposition ?

Nous avons observé les faces cachées de la monnaies. Si vous n’avez pas encore eu ce plaisir de les goûter, vous trouverez sur ce site les deux brochures à télécharger gratuitement. Mais vous pouvez les commander aussi auprès de Journarles au tarif de

1 exemplaire pour 1 € (plus 0,60 cts de frais de port)
10 exemplaires pour 5 € (plus 2€ de frais de port)
20 exemplaires pour 9 € (plus 4€ de frais de port)
50 exemplaires pour 22 € (plus 7€ de frais de port)
100 exemplaires pour 37€ (plus 11€ de frais de port)

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional