PROVENSOL | CAUCHEMARS

Sans nouvelles d’Islande : Pourquoi ?

Silence radio sur l’Islande !

Source : liste partidegauche 84

samedi 31 mars 2012, par Forum Civique Européen

Si quelqu’un croit qu’il n’y a pas de censure actuellement, qu’il nous dise pourquoi les journaux n’ont absolument rien dit ces dernières semaines sur ce qui se passe en Islande. Ou si le mot censure est considéré comme un terme exagéré dans le politiquement correct ou cela ne peut plus se dire : pourquoi on écarte ces informations qui viennent d’être adressées à Journarles par un lecteur ? Arrêt sur texte. Trois minutes . Instructif.

En Islande,


- le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet,
- les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière
- une assemblée populaire vient d’être créée pour réécrire la Constitution.

Et tout cela, pacifiquement. Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise. Voilà pourquoi rien n’a été publié pendant deux ans.
Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?
Brièvement, voici l’histoire des faits :

- 2008 : La principale banque du pays est nationalisée. La monnaie s’effondre, la bourse suspend son activité. Le pays est en banqueroute.
- 2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu’elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement.
La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500 millions d’euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d’intérêt de 5%.
- 2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum. En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu’il y aura une consultation populaire.
En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.

Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.
Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent. Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays. Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises de la crise et qui se substitue à l’actuelle qui est une copie de la constitution danoise.

Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain.
On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se sont présentés aux candidatures. Pour cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.

L’assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte. Elle doit être approuvée par l’actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections législatives.

Voici, en bref, l’histoire de la Révolution Islandaise :

  1. - Démission en bloc de tout un gouvernement
  2. - Nationalisation de la banque
  3. - Référendum pour que le peuple puisse se prononcer sur les décisions économiques fondamentales
  4. - emprisonnement des responsables de la crise et
  5. - réécriture de la constitution par les citoyens

Nous a-t-on parlé de cela dans les médias européens ?
En a-t-on parlé dans les débats politiques radiophoniques ?
A-t-on vu des images de ces faits à la TV ?
Bien sûr que non !
Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l’Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de démocratie au reste du monde.
SI CE MESSAGE VOUS PARAIT INTÉRESSANT, DIFFUSEZ-LE A BEAUCOUP DE GENS QUI NE LE SAVENT PAS !

Voici un petit complément extrait de CADTM

Depuis le samedi 27 novembre, l’Islande dispose d’une Assemblée constituante composée de 25 simples citoyens élus par leurs pairs. Son but : réécrire entièrement la constitution de 1944 en tirant notamment les leçons de la crise financière qui, en 2008, a frappé le pays de plein fouet.

Depuis cette crise dont elle est loin d’être remise, l’Islande a connu un certain nombre de changements assez spectaculaires, à commencer par la nationalisation des trois principales banques, suivie de la démission du gouvernement de droite sous la pression populaire. Les élections législatives de 2009 ont amené au pouvoir une coalition de gauche formée de l’Alliance (groupement de partis composé des sociaux-démocrates, de féministes et d’ex-communistes) et du Mouvement des Verts de gauche. C’était une première pour l’Islande, tout comme la nomination d’une femme, Johanna Sigurdardottir, au poste de Premier ministre.

Très vite, le nouveau gouvernement se trouve face à un problème épineux : le règlement aux Pays-Bas et au Royaume-Uni d’une dette de 3,5 milliards d’euros suite à la faillite d’Icesave, banque en ligne dont les opérations étaient tournées principalement vers ces deux pays. Sous la pression de l’Union européenne, à laquelle les sociaux-démocrates souhaiteraient adhérer, le gouvernement fait voter en janvier 2010 une loi autorisant ce remboursement, ce qui reviendrait, pour chaque Islandais, à débourser pendant huit ans une somme d’environ 100 euros par mois. Mais le président de la République refuse de ratifier la loi, dont le texte est alors soumis à un référendum. À plus de 93%, les Islandais votent contre le remboursement de la dette (6 mars), et depuis le problème reste en suspens.

C’est dans ce contexte que l’Islande décide de modifier sa constitution, qui en fait n’a jamais été vraiment rédigée : lorsqu’en 1944 la république avait été proclamée, on s’était contenté de recopier dans les grandes lignes la constitution du Danemark, pays dont l’Islande dépendait depuis plusieurs décennies, en remplaçant simplement le terme de “roi” par celui de “président de la République”. C’est donc une nouvelle constitution qu’il s’agit d’écrire entièrement, et pour cela on a décidé de faire confiance au peuple souverain. Il y a eu d’abord un appel à candidatures (tout le monde pouvait se présenter à l’exception des élus nationaux, à condition d’avoir dix-huit ans révolus et d’être soutenu par au moins trente personnes) auquel ont répondu 522 citoyennes et citoyens. C’est parmi eux qu’ont été élus les 25 constituants.

Ces derniers commenceront à se réunir à la mi-février et rendront leur copie avant l’été. Parmi les propositions qui reviennent le plus souvent, on peut noter la séparation de l’Église et de l’État, la nationalisation de l’ensemble des ressources naturelles et une séparation claire des pouvoirs exécutif et législatif.

Certes, l’Islande n’est qu’un petit pays d’environ 320 000 habitants. Elle donne cependant là une belle leçon de démocratie aux grands États dont la France : songeons que, dans notre pays, la réforme constitutionnelle de 2008 a été entièrement rédigée à l’Élysée, et que les parlementaires ne l’ont adoptée qu’à deux voix près après avoir été soumis pendant des semaines à des pressions intolérables de la part du chef de l’État.

Pour se renseigner directement auprès de l’Assemblée constituante en Island

15 Messages

  • un ramassi de mensonges, et d’erreurs dramatiques ! 23 avril 2012 17:29, par etienne

    c’est l’island.
    1 . Faux, ils se sont engagé à payer leur dettes étalées dans le temps.
    2 . L’usine d’aluminium la plus grosse du monde Alcoa, qui profite de l’énergie abondante et quasi gratuite de l’ Islande , mais qui importe le minerai de bauxite des tropiques et exporte tout l’aluminium produit dans le monde entier, avec une flottille de cargo trés polluant. Bonjours le développement durable.
    3 . Un peuple qui ne roule qu’en gros 4x4, faute de route.
    etc...

    repondre message

    • un ramassi de mensonges, et d’erreurs dramatiques ! 26 avril 2012 13:29, par Antonia

      C’est ton commentaire qui est un ramassis de .... bêtise ! Qu’ils remboursent ou non leurs dettes peu importe... ce qui compte c’est qu’ils ne soient pas les moutons que nous sommes en France et qu’ils soient devenus acteurs de leur politique. Quant à Alcoa... à qui appartient elle ??? et quoiqu’il en soit leur flottille de cargo polluante ne l’est certainement pas plus que tous les pétroliers échoués sur nos plages et ailleurs... Et s’ils n’ont pas de routes appropriées (ce qui oblige certains, et pas tous ! à rouler en 4x4) c’est peut-être dû justement à leur ancien gouvernement qui plaçait ses priorités "ailleurs" non ?? Tu mets l’accent sur des détails non seulement discutables mais de plus insignifiants. CE QUI COMPTE C’EST QU’ILS ONT SU DIRE NON A UN GOUVERNEMENT ET PRENDRE LES RENNES DE LEUR PAYS ! UNE BONNE LEÇON POUR LE MONDE ENTIER ! et moi je leur dis BRAVO !

      repondre message

    • donne des sources bouf... au lieu de blablater !
      Tu crois qu’ils vont changer leur économie et leur gagne pain en claquant des doigts ?
      Et ton avis sur les 4X4, on s’en cogne... c’est pas la France non plus !

      repondre message

    • O sez lire une foisde temps en temps le seul vrai journal de gauche et son hebdo l HUMANITE et HD , et vous comprendrez mieux que certaines verites et realites derangeantes pour les partisans du OUI-OUISME a vie a tous les traites de merde depuis Maastricht 1992, le patronat qui tient 90 pour 100 des medias et le consensus Verts , PS ,Droites laissant les Kommissaires de la C.E.E et la Merkozye tout decider avec LA B.C.E au pouvoir exhorbitant d offrir recemment encore 1000 MILLIARS D EUROS A 1 POUR CENT AUX SPECULATEURS DE LA BANQUE - NE TIENNENT PAS A INFORMER L IDIOT DE PEUPLE QUI DOIT CROIRE QUE L ON NE PEUT RIEN CONTRE LA FINANCE . SEULS LES ELUS DU P.CF. AVANT LA NAISSANCE DU Front de Gauche ONT ORGANISE PUIS PROPOSE ET FAIT POPULARISER
      LACTION DE PETITION ET DEBAT PUBLIC POUR DEBATTRE ET VOTER SUR LES TRAITES Ce que font les Islandais , on doit le faire pour l Audit de la dette legitime et dire NON A LA CRAPULEUSE .

      repondre message

  • Silence radio sur l’Islande ! 23 avril 2012 17:49, par bledking

    Tout le monde devrait entendre parler des victoires de ce pays dont la population TOTALE est à peine plus élevée que le nombre d’étudiants en grève au Québec !

    repondre message

  • Silence radio sur l’Islande ! 24 avril 2012 07:18, par DURANT Michel

    Pour être complet, peut-être serait-il utile de préciser qu’Eva JOLY conseilla l’Islande de mars 2009 à janvier 2010, date à laquelle elle rendit un rapport de 2000 pages qui, selon la chanteuse BJORK, fut fondamental dans le renouveau de son pays.
    Michel DURANT

    repondre message

    • si une fois de temps en temps vous laissez les prejuges de cote et osez lire une fois par semaine le seul journal de gauche vraie l’ HUMANITE ET H.D hebdo super bienfichu , vous verrez que sur Islande et Europe , Otan et Troika on y lit ce qui est censure partout ailleurs ; des realites que le peuple doit ignorer pour le Medfs qui tient 90 pour cent des medias, et les partis OUI-OUISTES dont les verts qui votent a tout de bras Traites et directives dites europeennes de dereglementation - EXCEPTION
      , main mise des organes non elus et dictatoriaux DEPUIS MAASTRICHT ( 1992 ) . cf le MES MERKOZY qu ’ils ont laisse voter sans opposition et ote aux parlements le pouvoir de decider des budgets que seuls les Kommissaires de C.E.E que pas un europeen sur1000 ne connait pourront declarer valables "vertueux" disent ill Ces hypocrites vendus au Fric roi .

      repondre message

  • Silence radio sur l’Islande ! 26 avril 2012 09:47, par NickLan

    Les journaux n’ont pas parlés de l’Islande puisque, franchement, ce n’est pas dans le cadre international une nouvelle si spéciale.

    Votre article est couvert de demi-vérités et vous lisez la situation pour prouver votre point- une autre raison pourquoi la gauche ne gouvernera jamais. Manque de crédibilité.

    Alors oui, quelle bonne idée- endettez nous et ne remboursons pas nos dettes. Qui vous croyez est titulaire de ces dettes- pas les méchants banquiers, mais le régime de retraite de votre père, votre mère et vos grand-parents. Et si vous ne remboursez pas vos dettes, vous ne pourrez pas en contracter d’autres et devrez ruiner l’économie nationale (ce que fait Christina Fernandez en Argentine) pour vous abreuvez de liquidités.
    Une belle solution à long terme !

    repondre message

  • Silence radio sur l’Islande ! 27 avril 2012 01:11, par malouss

    Bonjour, si cette info est tellement Tabou, pourquoi ne proposez vous pas d’envoyer cet article avec un communiqué à tout les grands journalistes de France ??? Je pense qu’il ne serait pas impossible que l’info puisse se propager assez rapidement. En tout cas, il est clair que l’on nous caches beaucoup de choses...et je trouve cela pitoyable !!Merci de nous avoir fait partager cet article fort interessant. Toutes les véritées sont bonnes à dire !!!

    repondre message

  • de l’événementiel 27 avril 2012 14:06, par Lyck

    préciser que cette crise fut aussi un événement pour ce pays car pour la première fois, une femme accédait au poste de premier ministre est un peu ridicule, puisque ce même pays a été le premier à élire une femme au poste de PRESIDENTE DE LA REPUBLIQUE (donc, un cran au dessus), de 1980 à 1996 (Vigdís Finnbogadóttir). bref ... un faux événement.

    repondre message

  • un peu de recul ... 27 avril 2012 14:16, par manuZecat
  • à considérer 1er mai 2012 10:09

    http://www.rue89.com/2011/01/09/la-revolution-democratique-en-islande-tient-du-fantasme-184214

    merci de vérifier la véracité de vos propos avant de les étaler sur la Toile.
    Jetez un coup d’oeil au lien ci-dessus, et réfrénez vos ardeurs ; pas besoin d’aller chercher à droite pour comprendre que non, l’Islande ne s’est pas mise au rouge !

    repondre message

  • L’islande ne fait pas partie de l’UE, si elle ne rembourse pas sa dête au FMI c’est nous qui en paierons les conséquences.
    Le pays de 320000 habitants peut dévaluer sa monnaie sans problème sans que cela ne cause un effondrement de l’économie de sa zone, sa dette en 2010 était de 124% du PIB elle est retombée à 100%. Pas de quoi s’émerveiller !
    De plus, depuis cette crise c’est devenu un terrain d’investissement ultra-libéraliste pour toutes les compagnies qui profitent de l’énergie quasi gratuite du pays en y laissant une pollution énorme car il n’y a plus et n’aura pas de contrôles du gouvernement pour la règlementer... Donc en gros pour que les ménages ne paient pas la dette énorme de l’Islande ils ont vendu leur pays et la pureté de leur air à des compagnies privées ! Bel exemple à suivre, merci Bjork et Eva ! ;)

    repondre message

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional