PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Bienvenue sur JournArles > MANGER SANS PAYSANS > Qu’est-ce que Vidéo en Poche ?

Contre la culture au pas cadencé : vidéo en poche

Qu’est-ce que Vidéo en Poche ?

L’avenir du cinéma indépendant ?

jeudi 5 août 2010, par Forum Civique Européen

La fin de la pellicule de 35 mm s’annonce. Les grandes sociétés du cinéma préparent les sorties mondiales de leur navets. Toutes les salles de cinéma seront équipées avec les mêmes récepteurs-lecteurs projecteurs alimentés via satellites ou Internet. La diffusion des films ne sera qu’une affaire de monopoles, qui prendront sous contrat le dernier des cinémas. Et ceci partout. Le même jour. Campagne publicitaire globale. Sortie mondiale. La culture au pas cadencé. Les mêmes tronches partout au même moment. Mais que c’est beau. La planète terre enfin village.

Face à cela les acteurs du cinéma indépendant cherchent une alternative pour sauvegarder la pluralité de la créativité, la diversité et surtout l’indépendance de l’expression clonées par les monopoles.

C’est une initiative des Cinémas Utopia

cherchant à apporter une réponse aux questions posées par notre époque sur les échanges culturels et la rémunération de la création, dans un contexte de ce que l’industrie culturelle a appelé la « guerre du copyright », de crispation autour du droit d’auteur qui tend à opposer les créateurs et leur public par la création de lois liberticides et inefficaces. Vidéo en Poche est la modeste contribution de salles indépendantes.

Le principe est simple :

vous venez à la caisse d’une des salles membres du réseau Vidéo en Poche, avec votre support amovible type clé USB ou carte mémoire, et on vous copie dessus le film de votre choix au format ouvert Matroska, sans DRM, contre la modique somme de 5€ (les 5€ comprennent 3€ pour l’ayant droit, 0,98€ de TVA et 1,02€ pour la salle). La résolution minimale de la vidéo est celle d’un DVD, et quand la source le permet la vidéo sera à une résolution HD (720p).

Vidéo en Poche, c’est aussi le développement d’un logiciel libre

par la société Objectif Libre, financé par les salles Utopia. L’objectif est de mettre en place un vrai réseau de diffusion alternatif de films. Pour l’instant, seules les salles Utopia en font partie, mais déjà les autre salles indépendantes de l’association ISF devraient bientôt le rejoindre. Pour permettre d’agrandir ce réseau, il était nécessaire d’avoir un outil informatique à même de faciliter la gestion des ventes et de remonter de manière fiable les données de ces ventes sur une partie serveur à destination des ayants droit. Le développement libre permettra que personne, pas même nous, ne puisse s’accaparer cet outil, et donnera la liberté à d’autres de pouvoir l’adapter à d’autres langues voire à d’autres usages.

« Mais pourquoi donc ? »

D’abord parce que, salles Art et Essai Recherche, ce qui nous anime est de faire partager des œuvres qui n’ont souvent pas accès à d’autres écrans que les nôtres, ni même au piratage qui n’est somme toute qu’un « avatar » de la consommation de masse. Parce que le support matériel n’est plus adapté aux usages, que les prix pratiqués dans la vente de DVD sont souvent dommageables à une diffusion plus large de films modestes, et qu’il serait temps pour le bien-être de la planète d’arrêter de graver par millions des galettes de plastique. Parce que la culture n’a de sens que si elle s’inscrit dans une relation humaine, nous ne proposerons pas de borne automatique ni même de téléchargement sur Internet, d’autres s’en chargerons bien mieux que nous.
Le prix du film correspond au prix moyen d’un ticket de cinéma, et le format ouvert sans DRM permet toute liberté dans la pratique culturelle (dans le cadre d’un usage strictement privé bien sûr), tout en étant un format pérenne pour l’archivage personnel d’œuvres culturelles. Le format Matroska s’imposait car il répond à ces exigences, qu’il permet plusieurs sous-titres et pistes son, qu’il est déjà largement utilisé, qu’il existe de plus en plus d’appareils de salon capables de lire ce format, et qu’il est lisible pour le moins par VLC, un logiciel libre multi-plateforme.

Non au Mac Drive, réalisé par Frédéric Chignac,

fut le premier film à être proposé en copie sur support amovible à Utopia Bordeaux lors d’une projection en présence du réalisateur le 24 septembre 2009. C’est grâce à lui et à l’enthousiasme des spectateurs ce soir-là, que nous avons décidé de faire de cette expérience une vraie solution alternative. Pour cela, son film est, et restera proposé dans le réseau Vidéo en Poche tant qu’il le souhaitera. Non au Mac Drive est mis à disposition sous un contrat Creative Commons Creative Commons License. Les licences CC permettent d’encadrer légalement des pratiques liées à l’environnement numérique, tout en protégeant les droits d’auteur (pour mieux comprendre l’objet de ces licences, le mieux est de regarder cette conférence de Lawrence Lessig).
Un grand merci également à l’ABUL et à Toulibre, associations d’utilisateurs de logiciels libres, pour leur soutien et l’aide qu’ils nous ont apporté pour mettre en place cette expérience lors des projections de Non au Mac Drive à Bordeaux puis à Tournefeuille.

Les Films du Paradoxe sont le premier distributeur vidéo à vouloir tenter avec nous ce nouveau mode de diffusion avec les films : Les brebis font de la résistance, Ma mondialisation, Paul dans sa vie, et Les LIP, l’imagination au pouvoir. Nous saluons ces défricheurs de talents pour leur esprit d’aventure, et les remercions pour la confiance qu’ils nous accordent.

Le lancement de Vidéo en Poche a été fêté au Cinéma Utopia à Bordeaux durant les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre du 6 au 11 juillet. A partir de septembre toutes les salles Utopia joindront le mouvement.

Et le Cinéma indépendant d’ Arles ? Le Méjan ??

Journarles se fait un plaisir d’appeler par cet article publiquement les acteurs du Cinéma indépendant de Arles d’adhérer au mouvement. Le principe nous plait, et si nous souhaitons que la salle de cinéma près de chez nous participe à cette initiative ! Plus il y aura de salles, plus le réseau sera attractif pour les ayants droit.
Si vous connaissez un éditeur vidéo où un cinéaste dont vous aimeriez voir les films diffusés de cette manière, n’hésitez pas à leur en parler ! Plus il y aura de titres disponibles, plus ce mode de diffusion sera intéressant.

Pour connaitre les films déjà disponibles en Vidéoenpoche

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional