PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Bienvenue sur JournArles > MANGER SANS PAYSANS > Déclaration alimentaire européenne

Manger sans paysans - la fin de la culture paysanne ?

Déclaration alimentaire européenne

A faire circuler et signer jusqu’en 2012 - la politique agricole commune (PAC) doit changer en 2013

mercredi 14 avril 2010, par Forum Civique Européen

Invitation pour reproduire et faire signer une déclaration lancé entre autre par
* European Coordination Via Campesina www.eurovia.org
* Friends of the Earth Europe www.foeeurope.org
* European Attac Network www.attac.org
* Africa Europe Faith & Justice Network www.aefjn.org
* MIJARC Europe www.mijarc.org
* Seattle to Brussels Network www.s2bnetwork.org
* Food and Water Europe www.foodandwaterwatch.org
* Greenpeace Europe Unit http://www.greenpeace.org
* Eurogroup for animals www.eurogroupforanimals.org
* European Public Health and Agriculture Consortium
* IFOAM EU group www.ifoam-eu.org
* European Beekeeping Coordination

Déclaration alimentaire européenne

Nous, soussignés, croyons que l’Union Européenne a besoin de répondre aux défis urgents auxquels l’Europe est confrontée en matière d’agriculture et d’alimentation.

Après plus d’un demi-siècle d’industrialisation de la production agricole et alimentaire, l’agriculture paysanne a été fortement réduite en Europe et les cultures alimentaires locales ont régressé. Aujourd’hui, notre système alimentaire est dépendant des carburants fossiles, ne reconnaît pas l’eau et la terre comme des ressources limitées, et soutient des régimes alimentaires mauvais pour la santé, riches en calories et en graisse, et pauvres en fruits, légumes et céréales. A l’avenir, le prix croissant de l’énergie, la perte drastique de biodiversité, le changement climatique et la diminution des terres et de l’eau disponibles sont un défi pour la production alimentaire. Dans le même temps, une population mondiale en expansion fait face à la fois à la faim, qui s’étend, et aux maladies chroniques de suralimentation.

Nous ne réussirons à répondre à ces défis qu’avec une approche complètement différente vis à vis des politiques agricole et alimentaire et des pratiques. L’Union Européenne doit reconnaître et soutenir le rôle crucial de l’agriculture paysanne dans l’approvisionnement de la population. Toutes les personnes devraient avoir accès à une alimentation saine, sûre, nutritionnelle. Les manières dans lesquelles nous cultivons, distribuons, préparons et mangeons devraient rendre honneur à la diversité culturelle de l’Europe, tout en fournissant l’alimentation de manière équitable et durable.

La Politique Agricole Commune (PAC) actuelle est en débat pour être réformée pour 2013. Après des décennies de domination des entreprises transnationales et de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur le choix de politique agricole et alimentaire, il est temps pour la population en Europe de se réapproprier leur politique agricole et alimentaire : c’est l’heure de la souveraineté alimentaire. Nous croyons qu’une nouvelle politique Alimentaire et Agricole Commune doit garantir et protéger un espace citoyen dans l’UE et les pays candidats, avec la possibilité et le droit de définir ses propres modèles de production, de distribution et de consommation, à partir des principes ci-dessous.
La nouvelle Politique Alimentaire et Agricole Commune :

1. considère l’alimentation comme un droit humain universel, et non simplement comme une marchandise.

2. fixe comme priorité de produire l’alimentation humaine et animale pour l’Europe et de changer le commerce international agricole en le gouvernant avec équité, justice sociale et durabilité environnementale. La PAC ne doit pas porter tort aux systèmes agricoles et alimentaires des autres pays.

3. promeut des modes alimentaires sains, en se dirigeant vers des régimes basés sur les végétaux et une consommation moindre de viande, de graisses saturées, de produits riches en énergie et de produits hautement transformés, tout en respectant les modes alimentaires culturels et les traditions populaires.

4. donne la priorité au maintien d’une agriculture avec des paysans nombreux sur tout le territoire européen, qui produisent l’alimentation et maintiennent le paysage. Cela n’est pas réalisable sans des prix agricoles justes et sûrs, qui doivent permettre un revenu décent pour les paysan(ne)s, les salarié(e)s agricoles et des prix justes pour les consommateurs.

5. assure des conditions justes et non discriminatoires aux paysan(ne)s et salarié(e)s agricoles d’Europe Centrale et Orientale, et soutient un accès juste et équitable à la terre.

6. respecte l’environnement global et local, protège les ressources finies du sol, de l’eau, accroît la biodiversité et respecte le bien-être animal.

7. garantit que l’agriculture et la production alimentaire restent libres d’OGM, encourage les semences paysannes ainsi que la diversité des espèces domestiques et des cultures alimentaires.

8. cesse de promouvoir l’utilisation et la production d’agro-carburants industriels et donne la priorité à la réduction du transport en général.

9. assure la transparence tout au long de la filière alimentaire, de telle sorte que les citoyens sachent comment leur alimentation est produite, d’où elle provient, ce qu’elle contient et ce qui est inclus dans le prix final.

10. réduit la concentration de pouvoir dans la transformation et la distribution alimentaire et son influence sur ce qui est produit et consommé, et promeut des systèmes alimentaires qui raccourcissent la distance entre paysans et consommateurs,

11. encourage la production et la consommation de produits locaux, de saison, de haute qualité, reconnectant les citoyens avec leur alimentation et les producteurs.

12. engage des ressources pour enseigner aux enfants les compétences et les connaissances essentielles pour produire, préparer, et apprécier une alimentation saine et nutritionnelle.

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional