PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Bienvenue sur JournArles > Une marée de silence en plaine de Crau

A quand les réponses ?

Une marée de silence en plaine de Crau

Seulement après le débat public sur la contruction d’un gazoduc supplémentaire, le 17 septembre 2009 à St Martin de Crau ?

vendredi 4 septembre 2009, par Forum Civique Européen

Le 7 août 2009 rupture d’un pipeline de diamètre 120 cm qui transporte avec une pression de 40 bar du pétrole brut - acheminé de divers pays producteurs par des tankers via le port pétrolier de Fos vers des raffineries en Alsace (Strasbourg) , Allemagne (Karlsruhe) et Suisse (Crissier). Depuis black out médiatique mis à part les menaces de fermeture de raffineries depuis Karlsruhe (Conoco), Strasbourg et Crissier (Petroplus), le flou règne autour de cette bavure.
La préfecture a ordonné une enquête judiciaire. La commune de St Martin de Crau a porté plainte.

Depuis le 13 août un juge d’instruction décide de l’accès au site et supervise les prises d’échantillons. La SPSE (Société du Pipeline Sud-Européen) responsable de cet oléoduc, avait pour obligation de choisir des bureaux d’études pour évaluer les dégâts causés sur l’environnement. Les deux sociétés choisies sont NATURALIA (références ITER, LEO, GRTgaz -projet ERIDAN) et ICF Environnement [1] qui ont pour mission d’effectuer des prélèvements de terre, végétation, eau et insectes selon une périodicité et un cahier de charge pour le moment inaccessible au grand public. Est ce que ce seront des analyses de complaisance vue que ces deux sociétés privées travaillent avec ces multinationales qui ne verraient pas d’un bon oeil une critique trop gênante de leurs agissements ?
A ce compte là on va finir par confier aux banques l’analyse des faits, les quelles ne se généraient pas pour atténuer la responsabilité des malfaiteurs si toute fois le délit financier éclate au grand jour. Voir les affaires Kerviel et Madoff. Et pourquoi pas remettre aux sociétés qui contrôlent les élevages industrielles des poules les analyses de la grippe aviaire ou à la multinationale du porc Smithfield le contrôle de la mutation du virus de la grippe porcine - dont le nom a muté en grippe A - et qui s’est développé dans ses énormes porcheries industrielles au Mexique. Pourquoi on fait appel à des sociétés privées pour ces enquêtes judiciaires ?

Coussoule

En Crau, le séquestre de la zone polluée ordonné par la justice implique une contrainte forte pour l’accès au site.

Toutes personnes voulant accéder au site doit avoir l’autorisation du commissaire enquêteur. Est-ce que les gardes de la Réserve Naturelles (CEEP)ont accès à cette zone pour réaliser convenablement leur mission de police de l’environnement comme les déclarations grandiloquent le mentionnaient dans les premiers communiqués après la rupture du pipe ?
Concernant l’information du public, les employés de la CEEP sont assermentés et donc obligé de ne pas communiquer ce qu’ils peuvent découvrir comme dysfonctionnements graves de l’opération de dépollution..
La SPSE qui assure le gardiennage de la zone et la dépollution n’aurait jusqu’à présent même pas encore communiqué la composition exacte du pétrole répandu en Crau ?

On sait qu’il y a eu des analyses d’eau puisque la nappe phréatique est gravement menacée par les milliers de hectolitres de pétrole brut répandu finalement sur plus de 5 ha . Ces analyses ont été effectuées dans les puits des bergeries aux alentours du terrain pollué et des points de piezométrie [2] dans le but d’en analyser les composants. Cela est souvent le cas après une pollution où la nappe peut être surveillée de cette façon durant plusieurs années.
La vitesse de l’eau de la nappe phréatique proche du lieu de pollution est estimée entre 1 et 10 m par jour, ce qui permettra d’évaluer l’avancé d’une contagion souterraine.
Est ce que les autorités envisagent une dépollution chimique au cas ou ?
Et si oui avec quelle produit chimique ? A partir de quel seuil de pollution la population est averti ?

Actuellement 90 voyages de camions par jour - transportant chacun 20 tonnes de terres souillées - sont effectués vers le centre de traitement des déchets de Bellegarde (Gard).

Il serait intéressant de connaître de quelle manière la totalité des 1500 camions de ce mélange de terre, de pétrole et de benzène est traité ?
Est ce que cette terre polluée est considérée comme pollution de classe 1 ou 2 ? Classe 1 signifie une pollution plus sérieuse nécessitant une analyse et un confinement strict pour être malaxé, mélangé avec du béton (ou un autre liant hydraulique) et stocké ensuite.
Combien d’hectares de la Crau sèche (nommé coussoul) seront finalement détruit à jamais par ces transports ?

Les contrôles des pipelines effectués tous les dix ans sont d’un intérêt public - puisqu’ils traversent un territoire communal. Le citoyen a le droit d’en connaître les résultats. Mais qui les a vus ? Le Mairede St Martin de Crau, Claude Vulpian les a-t-il vus ?
Est-ce que cette fréquence de contrôle de la qualité des pipelines est suffisante pour un aménagement ayant près de 40 ans ? Il semblerait que non car à l’occasion de cet incident près de 17 autres problèmes ont été localisés sur l’Oléoduc de la SPSE. Il s’agit là d’un remarquable bilan pour cette société qui a récemment reçu le prix « Super Trophée Sécurité » !

Depuis le 3 mars 2009 ce n’est plus la DRIRE ni la DIREN qui répondront à ces questions mais la DREAL : La direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Provence-Alpes-Côte d’Azur ( DREAL PACA). [3]
Jusqu’au jour d’aujourd’hui, 4 septembre 2009 selon le site de la DREAL PACA nous n’avons pas encore pu découvrir un communiqué au sujet de la rupture de l’oléoduc.

A présent les causes de l’éclatement du Pipe devraient être connues . Un coup de bélier - ou même son contrecoup - suite à la fermeture erronée d’une des pompes de transport en aval ou en amont pourraient être également la cause. La pression suite à une panne ou à une fausse manœuvre augmente fatalement dans un pipe rempli de 20’000m3 de liquide transporté à la vitesse d’environ 3 m/s en flux, force la buse de l’oléoduc, qui éclate à l’endroit le plus faible.
Un technicien nous a expliqué que la dilatation ordinaire des pipes suite au changements de températures environnantes ou de la matière transportée impose l’installation de joints de dilatations.
Un grand nombre de ces manchettes de dilatation qui sont d’une autre matière que les oléoducs - en inox par exemple - produisent une forme d’électrolyse ou d’électro-oxydation. Il paraitrait que 7000 de ces manchettes defraient être changées sur des milliers de km de pipes enfouis en France ?

Quand saura-t-on la cause de la rupture ? Seulementn après la consultation publique au sujet du giga projet ERIDAN - ce gazoduc projeté pour GRT Gaz qui traversera la plaine de la Crau et nos villages ?
Il serait peut être grand temps, qu’une réunion publique puisse apporter toute la lumière sur cet incident qui continue à menacer la nappe phréatique.

La rencontre ERIDAN a lieu toute la journée le 17 septembre 2009.


Les membres de la Commission de débat public seront présents de 10h30 à 17h salle Aqui Sian Ben pour recevoir tous les citoyens qui souhaitent avoir des informations sur le projet de canalisation ERIDAN…
Une réunion publique avec le maitre d’ouvrage GRTgaz, dès 18h30 dans cette même salle Aqui san ben à St Martin de Crau
Pour tout complément d’informations au sujet de ce débat public s’adresser à
Annie Augier, secrétaire générale du débat Public ERIDAN, mob : 06 42 80 05 66
ligne directe : 04 72 10 18 08 annie.augier@ides-consultants.fr
www.debatpublic-eridan-gaz.orgle

Notes

[1(références NEXITY SARI, ADEME, ELF, EXXON, NOVARTIS, AIR LIQUIDE, ATIS REAL COGETOM, ATOCHEM, P.S.A.,SHELL,BP , GAZ DE FRANCE, GE CAPITAL, GE REAL ESTATE, RENAULT, BANK OF SCOTLAND, BASF, BOLLORE, BOUYGUES BATIMENT, WESTINGHOUSE, EDF, THE BLACKSTONE GROUP, TOTAL FRANCE...)

[2(Les piézomètres « ouverts » sont de simples tubes, qui permettent depuis la surface d’accéder à l’eau d’une nappe phréatique. Ils permettent d’en relever le niveau piézomètrique à l’aide d’une sonde (poids ou contacteur électrique). Il existe des systèmes plus sophistiqués utilisant un capteur de pression en bout de tube. Ils sont aussi utilisés afin de réaliser des prélèvements d’eau de la nappe (ou d’un cours d’eau...)

[3La DREAL, nouveau service unifié du ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire (MEEDDAT).

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional