PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Plateforme associative > NACICCA > Le Port Autonome de Marseille (PAM) et Ikea s’apprêtent, au mépris de la loi, (...)

Le Port Autonome de Marseille (PAM) et Ikea s’apprêtent, au mépris de la loi, à bétonner un havre de nature aux portes de la Camargue et de la Crau

lundi 9 juillet 2007, par ab (JournArles)

Il y a eu l’épisode de l’incinérateur et du Lys maritime, puis les engagements pris et non tenus pendant le débat public 2XL. Aujourd’hui, le Port Autonome de Marseille, en projetant la construction d’une plateforme Ikea sur 270 000 m2 où ont été trouvées de nombreuses espèces protégées, démontre une nouvelle fois le peu de cas qu’il fait de la protection de la biodiversité et de la santé publique.

Lieu-dit la Feuillane (Fos-sur-Mer, Bouches-du-Rhône). Sur ce bout de terre de Crau une douce odeur de thym parfume l’atmosphère. Au printemps, des prairies parcourues par les taureaux camarguais se couvrent d’orchidées sauvages. A l’automne, en lisière des chênes verts, quelques chasseurs viennent y débusquer la perdrix rouge. Pour un peu, on en oublierait presque que l’on se trouve aux portes de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, sur des terrains appartenant au Port Autonome de Marseille (PAM). C’est ici qu’IKEA, sur proposition du PAM, est sur le point de construire une plateforme de 270 000 m2 destinée à alimenter les magasins du sud de l’Europe.

Une zone sensible, peuplée d’espèces rares et protégées

Surprise qu’un tel projet puisse voir le jour sur une zone aussi fragile, l’association NACICCA (NAture et CItoyenneté Crau CAmargue) s’est rendue sur place pour évaluer la sensibilité du site. Le constat est accablant : une trentaine d’espèces animales et végétales protégées par la législation française ont été recensées sur l’aire d’emprise du projet. Nombre d’entre elles sont en voie de disparition en France. Citons notamment le Rollier, le Faucon crécerellette, la tortue Cistude et pas moins de quatre variétés d’orchidées intégralement protégées.
NACICCA a bien sur alerté les pouvoirs publics, et il semble que les différents services administratifs soient dans une impasse.

Les incohérences de la politique environnementale du PAM

Sur la base d’une étude d’impact au rabais, la demande d’autorisation de permis de construire mentionne que ce site « ne présente aucune diversité floristique naturelle ni d’espèce végétale exceptionnelle »( !). Mais déjà Ikea a débuté les travaux de défrichement démontrant une volonté d’aller très vite.
Après le cas de l’incinérateur sur le site duquel on avait trouvé du Lys maritime, on constate que les études d’impact menées sur les territoires du PAM sont systématiquement inconsistantes. On croit alors rêver en lisant, dans un communiqué de presse daté du 1er juin 2007, que le PAM déclare vouloir « sanctuariser des secteurs à haute valeur écologique et mener une politique responsable d’aménageur gestionnaire des milieux naturels complémentaire au développement de ses activités portuaires et industrielles ».
Comme s’il fallait une nouvelle preuve, pour autre grand projet du PAM, Massilia, aucune étude d’impact écologique n’est versée à l’enquête publique actuellement en cours.

NACICCA favorable aux emplois, oui, mais pas dans n’importe quelles conditions !

L’association NACICCA se réjouit que le secteur accueille un projet qui représente 550 emplois. Mais, alors que la région atteint depuis longtemps de tristes records de pollution au niveau national et européen, la plate-forme d’Ikea, ajoutée à d’autres projets en cours d’implantation, engendrera le transit de centaines de milliers de conteneurs supplémentaires sur la zone. En matière de sécurité sur les routes et de réduction des gaz à effet de serre, on fait mieux ! C’est pourquoi nous exigeons, sur cette zone déjà terriblement stigmatisée par l’industrie, que soit menée une vraie politique de développement durable. C’est-à-dire que soient privilégiés des projets qui concilient les enjeux sociaux, économiques, de santé publique et environnementaux.

Nous demandons :

  • Le choix d’un nouveau site d’implantation et une protection pérenne du site initial.
  • Un projet qui concilie création d’emploi, santé publique et protection de l’environnement, dans le respect de la réglementation.
  • Que le Port autonome, juge et parti, mette en cohérence ses discours et ses actions en encourageant une politique de développement durable effective, notamment en matière de transport.

NACICCA
Communiqué de presse : 5/7/07
Communication-nacicca@no-log.org

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional