PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Evènements > Des pêcheurs pas comme les autres

Un comte à dormir debout

Des pêcheurs pas comme les autres

Pour un citoyen modeste, il est très difficile de pêcher un requin.

mardi 17 janvier 2006, par Forum Civique Européen

Ils étaient très nombreux lors de l’Assemblée d’ATTAC Pays d’Arles pour découvrir le projet de film documentaire de Denys Piningre "Saint Martin de Crau, le Rif et les tomates rouges". Un film qui veut aborder de front la queston de l’esclavage moderne, celui qui se pratique encore dans nos campagne...à nos portes.

Les participants à la réunion de présentation du projet de documentaire de Denys Piningre. Si vous souhaitez contribuer, sachez que

Pour la réalisation du film, il faut rassembler 50’000€

Tous les dons sont donc bienvenus et peuvent être adressés à l’ordre de PROTIS TOMATES, Denys Piningre, 7 rue Fongate, 13006 MARSEILLE. Pour en savoir plus : dype@wanadoo.fr

Et si le fim de Denys Piningre parlera beaucop des tomates, il n’est pas sûr qu’il ne s’attardera pas également sur les vastes étendues de pêchés de la Crau, à l’écoute d’une petite histoire que Journarles vous propose...en primeur.

Les COMTE, Gérard, le père, Laurent le fils, sont certainement d’honorables citoyens digne de notre confiance. Pourtant un certain nombre d’évènements, qui se sont déroulés sous les yeux des citoyens du Pays d’Arles, permettent de s’interroger. La rédaction de JOURNARLES vous sera gré de bien vouloir nous aider à dissiper ces rumeurs, ces « on-dit » afin de mieux comprendre ce qui se passe réellement.

Voici les ragots qui circulent en ce moment dans le pays.

1) Comte aurait produit de manière intensive des pêches dans la Drôme jusqu’à ce que les sols soient tellement détruits - par les méthodes de production industrielle (pesticides et j’en passe)- qu’il a déménagé dans la Crau. Il faut savoir qu’en général un cycle d’une culture de pêchers dure environ une vingtaine d’année.

2) Pour profiter de la précocité au sud des Alpilles, et des subventions européennes, il achète donc en Crau.

3) Il garde ses terrains de la Drôme, à PORTES LES VALENCE et les loue comme surfaces industrielles puisqu’il n’y a plus aucun paysan disposé à travailler ces terres là.

4) Au delà des aides à l’installation et à la mise en place de l’exploitation arboricole il aurait bénéficié de facilités fiscales pour s’installer à St Martin de Crau.

5) Il toucherait pour une Opération Roumanie, 20 ans après son installation dans la Crau, les mêmes aides européennes

6) Il aurait installé quelques société écrans dans des paradis off-shore.

7) Il changerait aussi rapidement que possible ses différentes structures juridiques afin de « semer » les magistrats et l’administration fiscale.

8) Il aurait assez gagné par l’exploitation des OMI sur la production de pêches qu’il pourrait se retirer de tout activité et se la couler douce ?

M’enfin ! Mais ceci n’est qu’un ramassit de ragot, me direz-vous !

Qu’à cela ne tienne, Journarles vous présente une petite chronologie des faits, rien que des faits...


- 1990 : Acquisition du terrain à St Martin de Crau : Le Grand Abandoux.

- 1993_13 novembre : Monsieur Laurent Comte est accusé d’avoir « détruit, altéré ou dégradé le milieu particulier des espèces protégées par un arrêté préfectoral en date du 8 janvier 1993, en labourant le biotope constitué par la zone du Grand Abandoux (Extraits des minutes du Tribunal Correctionnel de Tarascon_No du jugement 507/94).

- 1994_10 mai : Délibéré du Tribunal Correctionnel de Tarascon qui déclare Laurent Comte coupable des faits qui lui sont reprochés, et le sanctionne par une peine d’amende.

- 1995_22 septembre : la Cour d’Appel d’Aix en Provence confirme la condamnation. C’est le Conservatoire d’Etudes des Ecosystèmes de PACA (CEEP), partie civile, qui est dédommagé.

- 1999_18 septembre : Monsieur Comte tient bien ses comptes, puisqu’il détient 1800 ha sur lesquels il produit des pêches industrielles, soit, approximativement, 12% de la production française. 1800 ha représentent environs 3000 terrains de foot. C’est pourquoi, samedi 18 septembre 1999 la Confédération Paysanne arrache symboliquement quelques pêchers pour signaler le désarroi qui s’installe partout à l’égard d’une agro-industrie-malbouffe et le manque d’appui public pour le maintien de petites exploitations favorisant la polyculture (en général bio). Lors de cette manifestation, on pouvait lire : « 1000 ha de fruits + un exploitant boulimique = le Comte est bon. »

« Verger de 1000 ha, porcherie de 3000 places, ferme de ponte de 140’000 poules : arrêtons les massacres »

A suivre...(Extrait texte tract Cinémas - projection du film La guerre des Paysans)

- 1999_6 novembre : Manifestation au Grand Brahis sur la commune de Saint Martin de Crau, où la société de Monsieur Comte (ou la société du Grand-Brahis) défrichait illégalement au pied des Alpilles (dans les Bouches du Rhône) 100 ha (sur 300ha acquis par la société de M Comte NdlR) de terrains classés en zone de protection intégrale de la nature, en vue d’y cultiver des oliviers, un avertissement de mise en demeure à titre conservatoire d’interrompre les travaux, lui a été signifié au début du mois de décembre 1999. La DDAF (direction départementale de l’agriculture et de la forêt) a considéré, au vu du dossier déposé en ses services, que la société du Grand-Brahis avait agit illégalement en défrichant avant d’en avoir obtenu l’autorisation. Jusqu’au résultat de l’enquête publique, qui s’ouvrira dans les prochains mois, toute activité de défrichement est donc interdite sur le site. Pour le Collectif Crau-Alpilles (qui réunit 13 associations) la mobilisation n’aura pas été vaine. Lors de l’enquête publique, les membres du collectif pourront, suite à l’étude du dossier d’intention de la société mis en cause, déterminer si les activités agricoles prévues vont dans le sens d’un développement durable du territoire, et si elle justifie la destruction d’espèces végétales et animales qui a déjà eu lieu. Source

2000 ?????????????????’

2001 ??????????????????

2002 ???????????????????

2003 ??????????????????

- 2004 : On nous dit qu’il y aurait eu des tensions énormes à la suite du non payement des heures supplémentaires des OMI...

- 2005_12 juillet : déclenchement de la grève de 240 ouvriers à la
SEDAC. Voir le dossier

- 2005_19 juillet : reprise du travail à la SEDAC. Les ouvriers (87) sont relogés partiellement à la Sonacotra à Istres, dans un gîte intercommunal à St Martin de Crau, et dans un foyer d’hébergement à Arles.

- 2005_2 août : SAINT-MARTIN-DE-CRAU (Bouches-du-Rhône), (AFP) - Quarante étudiants chinois, ouvriers saisonniers dans une usine de conditionnement de fruits à Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône), ont observé trois jours de grève pour obtenir le paiement intégral de leurs salaires, a-t-on appris mardi de source syndicale. Ces jeunes Chinois et Chinoises, étudiants un peu partout en France, sont employés par la société Poscros, qui a déjà connu au mois de juillet un mouvement de grève des 240 saisonniers marocains sous contrat de l’office des migrations internationales (OMI) pour dénoncer le non paiement d’arriérés de salaires et l’insalubrité de leur hébergement, a expliqué à l’AFP Jean-François Duverdier, de la CGT de Fos-sur-mer.
La grève des étudiants chinois, demandant notamment le paiement d’heures supplémentaires et une amélioration des conditions de travail, a débuté vendredi. Une réunion de concertation s’est tenue avec l’employeur mardi et "les avancées enregistrées lors de la discussion, notamment sur le paiement régulier de toutes les heures de travail, ont permis que soit décidée la reprise du travail ce jour à 14H00", a précisé le syndicaliste. "La situation devrait être régularisée avec la paie du mois de juillet", a ajouté M. Duverdier, précisant que les fiches de paie devraient arriver "à la fin de la semaine" et que l’inspection du travail avait été informée.

- 2005_3 août : Réunion pour création des sociétés Alpha et Le Buis

- 2005_8 août : formation, acte notarié et dépôt statuts

- 2005_17 août : immatriculation de la société ALPHA (RCS Romans D 483 673 976) Dirigeant Associé Gérant Mme COMTE Marianne. Capital social 1’518’475.00€ location biens immobiliers

- 2005_17 août : immatriculation de la société LE BUIS (RCS Romans D 483 674 750) Dirigeant Associé Gérant Mme COMTE Marianne. Capital social 429’550.00 €

- 2005_, .. ?... octobre : Déclaration de cessation de paiement.

*LISTES de sociétés qui feraient partie intégrante de l’empire COMTE*

Registre de commerce d’Arles

COSSURE FRUITS
RCS Arles B 401 190 665. Immatriculation 09-07-1995

SOCIETE CIVILE AGRICOLE DU PETIT POSCROS
RCS Arles D 430 154 880. Formation de société 31-10-2002

SARL DU GRAND BRAHIS
RCS Arles B 379 397 227

STELLIS (sans certitude)
RCS Arles B 423 094 929. Immatriculation 28-05-1999

Gérard COMTE (712E - Location de matériels de transport aérien ????) Radiation 13-06-2005.

SEDAC
RCS Arles B 343 174 587.

SEP
RCS Arles B 409 969 763.

Registre de commerce de Romans

ALPHA
RCS Romans D 483 673 976 Gérante Mme Marianne COMTE immatriculation 17 08 2005

EXPLOITATION AGRICOLE A RESPONSABILITE LIMITEE LE BUIS
RCS Romans D 442 001 244 (on ne connait pas le lien entre les deux gérants M. COMTE Emmanuel et Mme COMTE Christelle née SERVE et Laurent Comte) Société crée en 2002

LE BUIS
RCS Romans D 483 674 750. Gérante Mme Marianne COMTE. Immatriculation 17 08 2005

SOCIETE COURONNE IMMOBILIERS
CS Romans D 410 254 395. Formation 16-12-1996
Gérants Gérard le père, Laurent le fils COMTE

SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE DE PRALIN
RCS Romans D 410 045 314. Immatriculation 06-12-1996
Gérants Gérard Laurent le fils COMTE

SCI JULES GUESDE
RCS Romans D 333 033 082. Immatriculation 29-07-1985
Gérants Gérard Laurent le fils COMTE

SCI BOIS DE LEUZE
RCS Romans D 452 928 906
Associé gérant Gérard Comte
30-09-2005 Cession de parts, 30-09-2005 Acte sous seing privé,
08-03-2004 Formation de société
08-03-2004 Acte sous seing privé 08-03-2004 Statuts

SOCIETE CIVILE DE LA PIERRE
RCS Romans D 342 283 348. Immatriculation 02 10 1987
Gérants : M. COMTE Gérard et Mme COMTE Marianne

Si vous voulez plus de renseignements, et prolonger vous-même l’enquête de Journarles, vous pouvez aller sur le site internet www.societe.com et retrouver la trace de ces sociétés.

N’hésitez pas à compléter ces informations partielles avec ce que vous savez. Il suffit de répondre à l’article ... nous l’ajouterons.

En conclusion, s’il en faut une, le comte est bon et jusqu’ici encore, il nous rit au nez.

1 Message

  • TEMOIGNAGE D’UN ANCIEN SALARIE DE POSCROS

    Pouvez vous vous regardez dans la glace tous les jours en calomniant des gens que vous ne connaissez pas que vous n’avez jamais rencontré, a qui vous n’avez jamais demandé leur avis. Comment pouvez vous être sur de détenir la vérité.
    En ce qui concerne le % que représentait la production des vergers par rapport au tonnage français, vraissemblablement vous vous êtes mal renseigné car 12 % c’est faux cela serait 1 à 2 % de la production française ce qui est déjà énorme.

    Quant au manifestant de la confédération je n’ai pas vu un seul agriculteur ce jour là.

    repondre message

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional