PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Evènements > Véritable acte de servage, le statut de l’OMI livre les salariés au bon (...)

Fin des grèves à St Martin de Crau

Véritable acte de servage, le statut de l’OMI livre les salariés au bon vouloir de leur seigneur et employeur.

C’est un péché de ne pas payer les pêcheurs en été....

jeudi 21 juillet 2005, par Forum Civique Européen

Les six jours de grêve des 240 tunisiens et marocains - ouvriers immigrés saisonniers sous contrat OMI (Office de migrations internationales) dans les entreprises de Laurent Comte (SEDAC et POSCROS à St Martin de Crau) ont eu pour résultat : Payement des heures supplémentaires 2004 et 2005, amélioration des conditions de logements, pas de primocontrats* en 2006 pour les entreprises de Laurent COMTE.
Les revendications ouvrières des voisins en grève le 20 juillet chez Bayard à St Martin de Crau ont trouvé satisfaction le jour même. JOURNARLES publie ici les communiqués de presse de la Confédération Paysanne et du Parti communiste/Gauche alternative de la municipalité de Fos sur mer.

Depuis maintenant cinq ans, la Confédération Paysanne dénonce les conditions de travail et de salaire dans certaines exploitations agricoles des Bouches du Rhône.

Elle dénonce également les conditions de logement effroyables de beaucoup de ces salariés traités avec le plus profond mépris.

La grève étant le seul moyen de se faire entendre, aujourd’hui, nous ne pouvons que saluer la révolte qui a lieu dans les deux plus grosses exploitations fruitiéres du département, Cossure et Poscros. Nous soutenons sans réserve le combat des ouvriers agricoles victimes du comportement féodal de leur employeur.

Associée depuis 2001 au sein du CODETRAS (collectif de défense des travailleurs en agriculture) à la CGT, la CFDT, la ligue des droits de l’homme, le MRAP, le forum civique européen, l’ASTI, la CIMADE, Espace accueil aux étrangers et d’autres associations, la Confédération Paysanne dénonce également le laxisme de l’état, des élus ainsi que leur collusion avec les syndicats qui revendiquent les contrats OMI comme un « acquis syndical ».

Véritable acte de servage, le statut de l’OMI livre les salariés au bon vouloir de leur seigneur et employeur.

Nous ne pouvons accepter la concurrence déloyale de cette forme d’agriculture industrielle qui bâti une partie de ses bénéfices grâce à l’exploitation systématique de ses salariés.

GOURBI, Berre l'Etang

La Confédération Paysanne revendique la pratique d’une agriculture respectueuse de l’environnement et du consommateur, mais également de ceux qu’elle emploie et en aucun cas celle d’une agriculture ultra libérale antisociale porteuse de misère et de désertifications qui est pour nous LE facteur déterminant dans les crises à répétition que nous connaissons dans le secteur des fruits et légumes.

Communiqué de presse

Le Groupe : Parti communiste/Gauche alternative de la municipalité de Fos sur mer se félicite de la première victoire remportée par les travailleurs de la SEDAC et de la POSCROS qui viennent de mener une lutte exemplaire avec le soutien de la CGT. Ils ont ainsi pu obtenir des avancées majeures pour la reconnaissance de leurs droits à des conditions de travail et de vie conforme à un Etat de droit. Ces travailleurs marocains et tunisiens, sous contrat OMI*(1) vivent au quotidien des conditions de travail, d’hygiène de logement, de salaire proches de l’esclavage, dénoncés depuis longtemps avec force par les
syndicats et les associations de défenses des droits humains*(2) Nous demandons à l’Etat et aux collectivités territoriales de mettre un terme aux violations écurrentes du droit du travail et des droits de l’homme dans ce secteur de « non-droit » régi par les surpuissants lobbies
de l’agriculture industrielle et soumis à la voracité de la grande distribution.

Nous demandons à tous les partis politiques de gauche de s’emparer sans attendre de ces revendications politiques, sociales et économiques pour défendre, une agriculture respectueuse de l’environnement et du consommateur ainsi que les droits de tous les travailleurs de la terre quel que soit leur statut.

Nous demandons à tous les citoyens de soutenir ce combat, de refuser la politique utilitariste de l’immigration prônée par la droite et notamment Sarkozy dont l’unique objectif est de défendre les intérêts du capitalisme au détriment du respect des droits fondamentaux de la personne humaine.
Nous demandons au gouvernement de : Supprimer contrats OMI qui livrent et soumettent entièrement le salarié au bon vouloir de son employeur.
Reconnaître et garantir aux travailleurs étrangers un droit au séjour stable, des conditions de vie dignes, la réglementation du droit du travail (CDI, salaires, ancienneté, horaire, prime de précarité.).

Pour tout contact :

Parti communiste : Mme Serafini Rita :
Gauche alternative : M. Youchenko Philippe : 0687173135

MAIN D'UN OUVRIER IMMIGRE DE LA SEDAC

* 0) primocontrat : si un ouvrier immigré proteste, l’année suivante son contrat n’est pas renouvelé et l’entreprise engage un nouveau OMI. Dans le cas SEDAC POSCROS, les ouvriers qui ont protesté en 2004 contre le non payement des heures supplémentaires sont restés chez eux. C’est cette expérience qui a favorisé la détermination de ceux qui viennent faire la grêve en 2005 - tous ensemble - en pleine récolte de pêches.

*(1) OMI : Office des migrations internationales, établissement public chargé du recrutement des travailleurs étrangers.
*(2) Regroupés au sein du CODETRAS : collectif de défense des travailleurs étrangers dans l’agriculture.( CGT, CFDT, Confédération Paysanne,
Droit paysan Aureilles, Espace-accueil aux étrangers, Forum Civique Européen, LDH, MRAP.. etc..

A lire

et encore

CODETRAS

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional